PETITE HISTOIRE DE LA VITALITÉ ARTISTIQUE DE REILLANNE

Exposition au musée Les Amis des Arts à Reillanne : « 50 ans d’arts et d’amitiés autour d’Henriette et Émile Lauga » jusqu’au 30 juillet 2022.

Serge Fiorio par Robert Doisneau à Montjustin en 1959
Serge Fiorio par Robert Doisneau à Montjustin en 1959

Le musée Les Amis des Arts retrace dans une exposition rétrospective l’incroyable richesse de la mémoire artistique de Reillanne, petit village perché de 1680 habitants dans les Alpes-de-Haute-Provence, et de ses alentours. Depuis les années 1970, dans le sillage du couple Lauga, des grands noms de la peinture ou encore de la photographie s’y sont installés avec le désir d’animer la vie culturelle de leur territoire.


Un couple ami des arts


Le 1er juillet 1972, Henriette et Émile Lauga créent, avec le peintre Serge Fiorio et d’autres amateurs d’arts et d’artisanat, l’association « Les Amis des Arts ». Émile Lauga, gendarme à la retraite, et son épouse, tous les deux passionnés par l’art et l’histoire, sont installés à Reillanne depuis 1967. Ils avaient découvert le village grâce à Serge Fiorio, neveu de Jean Giono, qui vivait depuis 1947 à Montjustin. Le couple se lie très vite avec tous les acteurs culturels de la région, tant les artistes que les artisans, les écrivains et les musiciens.


La création de l’association s’inscrit à l’époque dans une dynamique plus large de réinvestissement des territoires ruraux par des citadins. Reillanne, comme de nombreux villages alentours, est dépeuplé suite aux guerres et à l’exode rural. Quand le couple Lauga s’installe, il ne reste plus que 600 habitants, contre plus de 1500 à la fin du 19ème siècle. Après mai 68, des citadins et des artistes à la recherche d’un mode de vie plus libre, loin des villes et du capitalisme, s’installent sur le territoire. C’est à cette époque également que l’écologie, la question de la protection de la terre et de l’eau, deviennent des sujets à part entière dans la société, avec la première conférence des Nations Unies sur l’environnement, en 1972 (Conférence de Stockholm).


Un idéal culturel et politique


Les objectifs de l’association, énoncés par Serge Fiorio lors de son discours inaugural, sont d’« animer la vie à Reillanne, au travers d’expositions artistiques, artisanales, documentaires, pouvant intéresser toute la population. » Une première conférence est donnée en 1972 par Jean-Paul Melone, agrégé de sciences naturelles, sur le thème « Qu'est-ce qu’un parc naturel régional ? ». En août 1973, l’exposition « Jean Giono » attire plus de 4000 visiteurs, trois ans après le décès de l’écrivain.


L’existence des Amis des Arts est portée par un véritable idéal culturel et même politique, exprimé par Émile Lauga en 1978 : « L’idée de culture est liée à l’idée de Cité. Cependant on ne saurait concevoir une cité digne de ce nom, qui ne possède son lieu de réflexion et d’échanges intellectuels permettant à chacun de goûter aux sources de tous les arts et d’apporter, même si elle demeure modeste, sa contribution personnelle d’invention et de sensibilité. » Le projet de musée, qui s’est perpétué jusqu’à nos jours, est présent dès l’origine : « Il faudra, pour les générations futures, garder un musée, construire une maison, un foyer culturel, lieu de réunions où chacun pourra affiner sa sensibilité et acquérir les connaissances qui construiront sa personnalité. »


Une terre d’artistes

La ferme de Nanse, par Bernard Buffet, 1952
La ferme de Nanse, Bernard Buffet, 1951

Difficile de citer tous les artistes et scientifiques qui ont participé à la vitalité culturelle exceptionnelle du territoire à cette période. Parmi les plus célèbres, il y a les pionniers tels que Pierre Bergé et Bernard Buffet installés à la ferme de Nanse entre Reillanne et Vachères dès 1950 ; ou encore Lucien Jacques, premier éditeur de Jean Giono qui fit venir de nombreux amis artistes sur le territoire. Il y a aussi les photographes Henri-Cartier Bresson et sa femme Martine Franck, installés à Montjustin. Henri Cartier-Bresson exposa en 1975 au musée des Amis des Arts en compagnie de Lucien Clergue, photographe arlésien qui fonda le festival de photographie des Rencontres d’Arles.


Sont présentés dans l’exposition des 50 ans de l’association, non pas les œuvres des artistes, trop nombreux pour faire l’objet d’une juste rétrospective, mais les affiches, les bulletins trimestriels de l’association et des panneaux explicatifs relatant en détail l’histoire culturelle, artistique et scientifique des Amis des Arts.


Exposition coordonnée par Angélique Pasternak du 16 au 30 juillet 2022 au Musée Les Amis des Arts à Reillanne.


Posts similaires

Voir tout

je plie ma crainte en origami maintenant elle possède de nombreux recoins où loger la folie ne découpe pas mon rire en quartiers il n’est bon qu’entier mes mots ont des mains étranges le compte des do