« LE BOIS EST UNE MATIÈRE VIVANTE, PLEINE DE SURPRISES », PEDRO PINHO


© Pedro Pinho, coupe à fruits, tilleul,  26 cm, 2020
© Pedro Pinho, coupe à fruits, tilleul, 26 cm, 2020

Pedro Pinho, né à Rio de Janeiro en 1974, est tourneur sur bois. Il vit et travaille à Forcalquier. Il présente ici une création en bois de tilleul.

Comment êtes-vous arrivé à la création sur tour à bois ?


Mon père était architecte et j’ai fait des études d'architecture. J’ai toujours été entouré par des choses belles qui étaient en même temps fonctionnelles. J’aime créer des pièces qui sont à la fois esthétiques et utiles. Je tourne principalement des objets comme des bols, des saladiers, des boîtes, des soliflores et des toupies. J’utilise différentes essences de bois sec et de bois vert que je récupère, comme le tilleul, et les arbres fruitiers – noyer, poirier, prunier, cerisier – parce que leur grain est assez homogène, facile à usiner, avec un joli veinage. Quels sont vos gestes et procédés de création ?


Après avoir choisi la bûche et l’avoir placée dans le bon sens en fonction des fibres du bois, je lance la machine doucement, et au fur et à mesure j’augmente la vitesse, puis je sculpte à la main avec différents outils. C’est une sculpture qui tourne. Toute la forme de la pièce est donnée par la main. Au fil du travail, on rencontre des accidents du bois. Je commence une pièce avec une intention et je m’adapte par rapport à l'idée initiale. Le bois est chaud, c’est une matière vivante, pleine de surprises. Présentez-nous cette pièce.


Son dessin se fonde sur la maxime du minimalisme formulée par l’architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe : « Less is more. » Le principe est d’enlever tout ce dont on n’a pas besoin dans la pièce, tout en conservant son utilité. Cela donne quelque chose de léger, d’aérien. C’est une coupe à fruits qui a un aspect organique, on dirait un corail ou un coquillage. Elle est faite en tilleul, un bois assez uniforme et malléable, qui peut être découpé et donne un joli rendu. Une fois que la pièce est finie, le bois vert se déforme un peu, on dit qu’il « tire à cœur ». La forme va forcément bouger, et je n’ai pas beaucoup de prises. C’est la matière qui parle et qui travaille. Prochaine exposition à la galerie Passère à Forcalquier à partir du 20 décembre 2020. Instagram : pinhowoodturning.

Posts similaires

Voir tout

Il était une fois un hibou. Il rêvait dʼululer à en faire vibrer la forêt. Un soir, il avala le chanteur de Metallica et les arbres se...