LA SÉRENDIPE, ESPACE POÉTIQUE NOMADE

Un projet d’Amália Cardoso




Avec « La sérendipe », une petite roulotte aménagée en bibliothèque dédiée à la poésie, Amália Cardoso, de Revest-des-Brousses, s’invente en colporteuse de mots de village en village. Brève rencontre avec une passionnée qui souhaite amener la poésie au plus près des habitants.

COMMENT EST NÉE L'IDÉE DE LA SÉRENDIPE ?

J’ai toujours écrit et aimé la poésie. L’été, je faisais souvent de l’auto-stop dans des coins reculés et je discutais avec des gens qui déploraient le fait qu’à la campagne, il ne se passe rien, que l’on manque d’espaces de convivialité et de rassemblement. J’ai entendu parler d’un bar itinérant et éphémère, qui changeait de village chaque soir. J’ai alors eu l’idée de créer une roulotte de poésie itinérante dans laquelle les habitants pourraient emprunter des livres, participer à des ateliers d’écriture et à des « consultations poétiques ». Le nom du projet vient du concept de « sérendipité » : faire des découvertes sans les avoir vraiment cherchées, des trouvailles impromptues.




QUE PROPOSEZ-VOUS DANS VOTRE CARAVANE DE POÉSIE ?

Je propose d’intervenir dans les fêtes de village, en animant des ateliers d’écriture pour les habitants. Je peux aussi offrir une présence poétique pendant une semaine, en installant la caravane sur une place de village et en laissant les personnes venir, passer une tête par curiosité ou bien rester bouquiner des heures si elles le souhaitent. Je développe aussi ce que j’appelle des « consultations poétiques », un peu sur le modèle d’une consultation médicale : les gens peuvent venir me parler de leur rapport à l’écriture, et je leur propose des rituels, des étapes pour aboutir finalement à l’écriture de leur propre poème. Je commence par souhaiter quelque chose à l’aide du livre de souhaits de Mélanie Leblanc (Des étoiles filantes, éditions Le Venterniers). Ensuite, je tire les cartes de L’Oracle des haïkus et, à partir des images et des vers qui apparaissent, je cherche dans la bibliothèque des poèmes qui entrent en résonance. Si la personne veut écrire, je lui fais plusieurs propositions d’écriture par rapport à ce tirage, et moi aussi j’écris un poème que l’on finit par se lire mutuellement.


PARLEZ-NOUS DE LA POÉSIE QUE VOUS AIMEZ.


Ce que j’aime, c’est la poésie contemporaine, à partir des années 50 jusqu’à aujourd’hui. Je suis touchée par les poètes et les poétesses qui arrivent à dire avec des images et des tournures simples des choses très justes à propos d’une sensation, d’une impression. Pour moi, la poésie permet de dire des choses en passant par le sensible et l’expérience plutôt que par une pensée intellectuelle. Les maisons d’édition que j’apprécie particulièrement sont Les Lisières (en Drôme), La Boucherie littéraire (La Tour d’Aigues), Éric Pesty éditeur (Marseille), les éditions Unes (Nice). La vitalité de la poésie actuelle est portée notamment par des poétesses comme Miel Pages, Laura Vazquez, Souad Labbize, Dorothée Volut, Esther Salmona, Mary-Laure Zoss, Manon Thiery.


Site : laserendipe.fr • Instagram : @la.serendipeFacebook Prochain événement : festival Made in Vachères le 20 août.

Posts similaires

Voir tout

je plie ma crainte en origami maintenant elle possède de nombreux recoins où loger la folie ne découpe pas mon rire en quartiers il n’est bon qu’entier mes mots ont des mains étranges le compte des do