DES ŒUVRES D’ART À EMPRUNTER

L’ARTOTHÈQUE DE VOLX



Et si on pouvait emprunter des œuvres d’art, comme on emprunte des livres à la bibliothèque ? C’est le concept de l’artothèque de Volx, animée par une association qui porte bien son nom : L’art en partage.


Frédérique Marcillet, documentaliste et présidente de l’association, tient la permanence dès 10 heures le samedi matin dans un local rempli d’œuvres d’art du sol au plafond. « Le principe est d’emprunter une œuvre originale à mettre chez soi afin de pouvoir l'apprécier pendant plus longtemps qu’une exposition », explique-t-elle. « L’abonnement pour les particuliers est à dix euros par mois. Pour les artistes qui prêtent, cela donne de la visibilité à leur travail. Il arrive que cela déclenche l’achat de l’œuvre si la personne s’y attache. »


Au départ, l’artothèque de Volx, concept unique dans le territoire, a commencé par collaborer avec des peintres locaux comme Louis-Jean Gal, Martine Letoublon, Georges Martinez, Charles Marty ou Maryline Viard. « Nous avons un comité de sélection dans lequel se trouvent des artistes et certains adhérents de L'art en partage qui souhaitent donner un regard. » L’association accueille aussi désormais des artistes venus du Luberon, de la Drôme ou du Loiret, en privilégiant toujours les professionnels.

Jean-Baptiste, père de famille et instituteur à Valensole, passe vers 11 heures rapporter une œuvre et en choisir une autre pour le mois qui vient. Il se sépare d’une grande toile abstraite d’Irina Irimescu, joyeuse avec ses couleurs intenses, dans des tons bleus, rouges et jaunes : « Elle était très chouette dans le salon. » Dans la famille de Jean-Baptiste, on choisit l’œuvre du mois chacun son tour. « On a libéré un mur pour ça. C’est comme adopter quelqu’un chez soi pendant un petit moment. » Il flashe ensuite sur une photographie contemporaine épurée de Christine Collomb, avant de changer d’avis pour une toile pleine de vie de Martine Letoublon, représentant un fouillis de tubes de peintures colorés.

Jean-Baptiste raconte qu’en tant qu’instituteur, il emprunte aussi des œuvres à exposer dans les salles de classe, qui émerveillent les enfants. Une des toiles de Marie-Françoise Souquière, au style pointilliste aborigène, les a fortement inspirés : « Les gamins ont repris la technique dans leurs dessins, elle les a nourris, ils l’ont réinvestie. »

Permettant à chacun d’accéder à la création artistique, l’artothèque fonctionne grâce à un local mis à disposition par la mairie de Volx et à l’énergie de ses adhérents. Particuliers, entreprises, collectivités, écoles, chacun peut ainsi s’abonner et devenir collectionneur en herbe à moindre coût !


Site : lartenpartage.com • Ouvert le samedi de 10 h à 12 h et sur rendez-vous.