#11 JE PLIE MA CRAINTE

je plie ma crainte en origami

maintenant elle possède

de nombreux recoins où loger la folie


ne découpe pas mon rire

en quartiers

il n’est bon qu’entier


mes mots ont des mains étranges

le compte des doigts ne tombe pas juste

mes mots tombent en légers fracas

mes mains triturent les verbes exister être et devenir

Amália Cardoso en écho aux Brouillons amoureux de Souad Labbize chez Les Lisières

Posts similaires

Voir tout

L’herbe est haute Invasive abandonnée D’un jaune sec et cassant Le soleil ne saura être indulgent Terre infertile infiniment vague Coiffée du chêne majestueux Toujours seul abri Terre promise jadis tu